Le zéro déchet avec Béa Johnson

Il faut rendre à César ce qui est à César!!!

Béa Johnson est LA papesse du zéro déchet et une pionnière. Elle est française mais habite aux Etats Unis depuis ses 20 ans. En 2013 est sorti en France son livre « Zéro Déchet »:

Béa Johnson

C’est la première à avoir écrit un ouvrage sur le sujet à l’époque où le zéro déchet était un terme réservé aux industriels dans le cycle de vie de leurs produits.

Je me souviens avoir été passionnée par ce bouquin, que j’ai lu d’une traite. Une grande séance de tri et de prise de décisions s’en est suivi. Cela a fait un peu peur à mon petit mari, il a sans doute eu peur de finir à la poubelle de recyclage lui aussi 😉 Mais je l’ai gardé!

Il y a un mois environ, j’ai vu passer sur FB un événement à ce sujet. Béa venait à Bollwiller (68) dans le cadre de la SERD (semaine européenne de réduction des déchets). Il faut savoir que Bollwiller est une commune de 4000 habitants. Bravo pour l’intention!

Capture d’écran 2019-11-25 à 20.36.30

J’ai donc pris ma place, un peu fébrile de la rencontrer « en vrai ». Elle fait partie pour moi de mes gens « repères », ceux qui comptent suffisamment pour que je fasse 45mn de route pour aller les écouter assise sur un banc en bois, deux heures de temps, un dimanche après midi.

Dans la queue pour accéder à la salle, je vois passer en courant à moins de 10mn de la conférence et seule, une grande dame blonde, fine et élégante. Je la reconnais de suite c’est elle! Elle arrive seule, se fraie un chemin à l’entrée de la salle.

Une fois à l’intérieur, la salle est comble, plus de 200 personnes. Elle monte sur l’estrade et explique son mode de vie. Elle produit moins d’un bocal d’un litre par an. Cela reste un grand mystère pour moi depuis 6 ans. Comment peut on vivre confortablement de ses convictions, en générant moins d’un bocal d’un litre par an? Et pourtant j’ai lu le livre et pourtant j’ai mis beaucoup de choses en place, et pourtant, j’en suis encore loin…

Capture d’écran 2019-11-25 à 20.57.41

Elle mélange présentation de la démarche, prise de conscience, mots pour rire et anecdotes de famille. Une vraie showgirl, bien dans ses baskets (enfin, ses bottes à talons). Elle intervient seule, sans staff, et a déjà donné ses conférences dans 33 pays!  Pas de grosse tête à l’horizon, mais une vrai conviction qui emporte la salle, la fait rire, la fait réagir!

Le modèle est simple: REFUSER- REDUIRE-REUTILISER-RECYCLER-COMPOSTER

Dans cet ordre car le premier réduit le nombre de déchets du second qui réduit le nombre de déchets du troisième si bien que lorsqu’il s’agira de recycler et de composter il ne doit vous rester que quelques petits déchets… Simple non? Et bien non pas complètement. Prenons le premier REFUSER:

Avez vous déjà essayé de refuser quelque chose que l’on souhaitait vous donner? Un stylo, un bonbon pour les enfants? Notre éducation nous a appris à dire oui... Et bien depuis cette conférence, je dis non, gentiment, poliment, mais je tiens bon… Un moment d’inattention? Un peu de fatigue? Et le oui ressort… Grr… heu non merci! Je passe pour une folle mais ensuite j’ai la grande satisfaction d’avoir su dire NON.

Béa dans son livre aborde toutes les activités de la vie quotidienne:

  • Les courses et la cuisine: c’est sans doute ce qui marche le mieux pour moi, mon magasin bio accepte les contenants et possède de nombreux articles en vrac, y compris de merveilleux gâteaux sablés au caramel au beurre salé…. Trop bon 🙂 Je maitrise ce que j’achète et les consomme avant qu’il ne soit trop tard (denrées jetées par habitant/an: 79kg, je vous passe les coûts associés…). J’ai une très grande satisfaction lorsque j’ai fini de déballer les courses de voir que je n’ai que très peu d’emballages à jeter, voir pas du tout 🙂 . Il n’y a que pour mes tests que j’utilise encore beaucoup trop à mon sens de produits emballés… C’est en réflexion!
  • La salle de bain: disons que ce point est sous contrôle, je n’utilise pas les recettes du livre de Béa car faire du mascara à base d’amandes brulées n’est pas mon karma (oeil de panda assuré). Elle raconte très bien que son mari était non fan de son shampoing bicarbonate vinaigre et est donc repassé au shampoing en vrac. Mon mari non plus n’est pas fan de l’odeur. Mais j’ai recensé tous les produits qui marchent pour moi, et j’en ai remplacé le plus possible par des écolos donc je n’ai plus un seul article que je ne consomme pas et de ce coté là, je reviens de loin…. Brosses à dent compostables, déo et dentifrice lamazuna, shampoing sec en cas de déplacement…. J’ai récemment demandé à MonShampoing de regarder à réduire ses flacons plastiques, c’est une start-up mais ils comptent bien le faire. Quand vous faites cette demande vous avez l’impression de pouvoir littéralement « changer le monde ».
  • Chambre à coucher et garde robe: j’ai dégraissé ma garde robe suite à ma première lecture, dons à la croix rouge, vente sur internet des plus belles pièces. Je remplace les pièces usagées maintenant sur Vinted. On peut être bien habillée pour peu même sans recourir à une garde robe capsule comme Béa, mais j’avoue être admirative de sa capacité à assembler quelques pièces pour faire 50 tenues…. J’ai des vêtements achetés à la fac il y a 20ans. Je couds, je répare quand c’est nécessaire.
  • Le ménage et entretien: là aussi mon mari n’est pas fan de vinaigre… Donc j’ai trouvé du vrai savons de marseille liquide il me sert pour tout!
  • Le bureau et le courrier: C’est sans doute mon talon d’Achille. J’adore tout ce qui est papeterie, donc nous pourrions tenir une place forte dans ce domaine… J’adore les cahiers à thème, j’en ai pour tous les usages et même en stock… J’essaie au moins de ne plus acheter.. 🙂
  • Les enfants à l’école: l’école est assez stricte, mais j’essaie d’une année sur l’autre de faire reprendre les cahiers qui ne sont pas vides. Gros talon d’Achille aussi les cahiers, dessins, cours qui arrivent en masse à la fin de chaque année… Je les garde ou les mets au tri… mais là rien de très efficace en terme de zéro déchets.
  • Les fêtes, les soirées: j’ai animé une formation de management bienveillant pour des entreprises la semaine dernière, je suis arrivée avec des verres, une carafe, des assiettes en porcelaine pour les trucs à grignoter, j’ai fait mon petit effet et cela a ouvert la discussion aux différentes pauses. J’ai gardé dans mon armoire tout ce qu’il fallait pour éviter tout ce qui est jetable lors d’une fête. J’ai même investi dans des pailles réutilisables en métal.

Une fois sa conférence finie, nous avons été invités à un apéritif zéro déchet, évidemment, j’ai échangé avec des femmes convaincues. Puis Béa est arrivée. Toujours aussi libre et accessible, nous avons échangé une bonne demi heure sur le sujet, sans tabou et sans filtre. J’ai vraiment passé un moment exceptionnel avec dédicace de mon vieux livre tout chiffonné.

Ce que je retiens d’elle? Qu’il ne faut avoir aucune culpabilité et que chaque geste compte. Que c’est à nous de définir nos objectifs et de faire du mieux que nous pouvons pour y arriver:

Zéro déchet bio, zéro déchet non bio, bio emballé, circuit court? Il n’y a pas de réponse exacte, mais simplement des objectifs que l’on se fixe.

Alors ce sera quoi votre prochaine action vers le zéro déchet?

Je vous conseille évidement son livre et son blog: zéro waste home

Le lien est affilié

Partager l'article: