Se remettre vite du changement d’heure d’hiver

Ça y est, pour ou contre nous avons reculé d’une heure cette nuit. Le changement d’heure entraîne quelques conséquences sur le corps. Je vous explique comment passer vite ce cap !

Une différence entre heure d’été et heure d’hiver ?

Le changement de l’heure d’hiver correspond davantage au rythme naturel du corps. Malgré ce que peuvent en penser les 59% des français qui ont répondu préférer l’heure d’été en cas de changement définitif de l’heure. Tous les spécialistes du sujet sont favorables à l’heure d’hiver qui est plus proche du rythme du soleil.

C’est donc le changement d’heure le moins impactant de l’année. Mais cela ne veut pas dire que nous ne serons pas chamboulés quelques semaines.
Pour ma part, je mets une semaine à retrouver mon fonctionnement d’avant pour l’heure d’hiver, en mettant en place depuis quelques années tout ce que je vais vous conseiller dans les lignes qui suivent. Pour l’heure d’été, il me faut trois semaines.

Nous devons décaler toutes nos activités et toutes nos routines et habitudes d’une heure. Un mini jet-lag pour ceux qui sont déjà partis en voyage.

Les plus sensibles à ces changements sont les personnes âgées, les enfants, les personnes malades.

Voyons ensemble ce qui accompagne le mieux cette transition.

Tout décaler d’une heure

Le jour J recalez vous sur les horaires de la montre. C’est dimanche, il est donc assez facile de prendre cette journée pour tout recaler. Restez au lit jusqu’à votre heure habituelle de levée. Vous mangez à 13:00 habituellement et bien mangez à 13:00 de la nouvelle heure (il faudra attendre un peu). Vous vous couchez à 23:00 ? Tenez jusqu’à 23:00 nouvelle heure.

Plus vite vous vous serez recalé, plus vite vous serez à nouveau opérationnel. Freiner le changement n’a jamais servi à rien,

Autant en jet lag, il est préférable de rattraper petit à petit l’horaire, autant dans le cadre du changement d’une heure, il est préférable d’y aller en une seule fois (comme pour retirer les sparadraps 🙂

La vitamine D et la lumière

Je vois votre petit sourire… Elle et sa vitamine D !… Oui Oui Oui… Et à ce moment là, encore plus ! Vous l’aurez constaté ce matin en vous levant il fait déjà jour ! Et ce soir, il fera mécaniquement nuit plus tôt. Nous allons donc perdre une heure de luminosité aujourd’hui. Avec les jours qui diminuent, assez vite dans quelques semaines, nous allons partir au travail et revenir du travail, il fera nuit !

La lumière synthétise la vitamine D essentielle à notre corps. Plus le temps passe et plus les médecins se prononcent sur nos besoins en cette vitamine essentielle ! Plus vous avez la peau foncée et moins vous synthétisez de la vitamine D et plus nous vieillissons et moins nous en fabriquons. Heureusement nous en trouvons aussi dans notre alimentation.

En augmentant l’absorption du calcium et du phosphore et en limitant leur fuite dans les urines, elle est indispensable à la minéralisation des os et des dents : une carence en vitamine D favorise le risque de rachitisme chez les enfants, d’ostéoporose et de fractures chez les adultes. Elle permet aussi de mieux lutter contre le stress, d’améliorer la transmission nerveuse et d’assurer une bonne contraction musculaire. Elle constitue enfin un facteur clé de l’immunité (et en cette période d’épidémie, nous en avons besoin).

Je vous répète régulièrement de vous complémenter en vitamine D de septembre à mai. C’est encore plus essentiel lors du changement d’heure. Tous à vos vitamines D !

Le sucre

Vous le savez, je fais attention à la quantité de sucre que je mange. En cette période de l’année encore plus ! Le manque de soleil, la baisse des température, la rentrée, tout concoure à nos envies de sucre. Plus nous allons nous rapprocher de Noël et plus nous allons être tenté par des biscuits, du chocolat et autres desserts…

Le sucre apporte du confort au moment où on le porte à notre bouche, puis il favorise les inflammations, la perte de mémoire, la prise de poids, la fatigue chronique, les problèmes rénaux, les fermentations intestinales, le stress, le diabète, les caries. Il augmente le taux de triglycérides, de cholestérol et la graisse intra-abdominale. Il affaiblit le système immunitaire.

Vous avez compris pourquoi je ne l’aime finalement « pas si tant » (comme je le disais enfant à ma maman).

Conservez les sucres lents, mais exit tous les sucres rapides : bonbons, viennoiseries, gâteaux, chocolats au lait, biscuits, jus de fruits …

Mangez le moins transformé possible : légumes, fruits, légumineuses, de bonnes viandes si vous êtes omnivore. Cuisinez plutôt que d’acheter.

Cela va permettre à votre corps de fonctionner à plein régime et de mieux s’adapter au changement sans avoir à dépenser de l’énergie à dépolluer votre corps.

Le sport

Il est essentiel de garder une activité sportive dans cette période et la marche à la lumière du jour est la plus adaptée à tous. Donc on sort voir le jour, sur la pause de midi qui sera dans quelques semaines le seul moment ou nous verrons la lumière.
Pour les plus courageux, on poursuit son sport préféré et pour ceux qui en sont privés avec la fermeture des différentes associations sportives, on se repose la question de ce qu’on peut faire de chez soi et même sans matériel : trainsweateat, yoga, marche en groupe, marche en forêt,…

Hydratez vous !

Naturel en plein été, il est plus difficile pour les « chameaux  » comme moi de penser à boire en automne-hiver. Cependant, le fait d’être dans des espaces chauffés, parfois surchauffés, avec de l’électricité statique, nécessite de boire encore plus ! 1,5l à 2l par jour si vous le pouvez. Idéalement de l’eau car le café et le thé sont diurétiques, c’est à dire qu’il favorisent les urines. L’objectif est quand même de garder l’eau dans son corps, si déjà c’est un acte volontaire de boire, pour ceux qui ont le plus de mal.

Réduisez vos activités

Nous sommes en automne. Que font les animaux en automne ? Ils font leurs réserves, préparent leurs terriers pour l’hivers et se préparent à hiberner. Quelle bonne idée ! Que nous l’admettions ou non, nous avons des fonctionnement proches des animaux. La cigale a chanté tout l’été mais c’est bien la fourmi qui va tirer son épingle du jeu en automne-hiver car elle s’y est préparée !

Donc on RALENTIT…. On s’occupe de son intérieur, on écoute de la musique, on sort les plaids bien chaud et on met en route le poêle ou la cheminée, on range, on classe, on se prépare à l’hiver et à passer du bon temps dans son terrier en famille.

Le sommeil et les vertus de la sieste

Le sommeil aime la routine : levé à la même heure et couché à la même heure. Il se peut donc qu’il soit perturbé durant quelques jours. Mettez vous au lit à l’heure habituelle (de la nouvelle heure), et si vous n’arrivez pas à dormir, avec un bon livre ou un peu de musique. Normalement dans ce sens là, cela ne devrait pas être trop dur.

Si nécessaire méditez ou faite de la cohérence cardiaque. Ne restez pas devant la télé, ne jouez pas sur votre smartphone, la lumière bleue issue de votre téléphone vous empêcherait de dormir.

Le matin, c’est difficile ? Levez vous dès que le réveil sonne, allez prendre une douche puis seulement allez déjeuner. Après une bonne douche, peu de chance d’avoir envie de se recoucher 🙂

Vous vous sentez vraiment fatigué ? N’hésitez pas à faire une sieste d’une vingtaine de minutes.. Mettez votre réveil (ou pas d’ailleurs) et laissez vous aller. Durant quelques jours ou en routine, cela fera des miracles et contrairement à l’idée communément véhiculée, vous n’aurez pas plus de difficulté à vous endormir le soir venu.

La dépression saisonnière

Si vous souffrez d’une dépression, il est essentiel de vous faire accompagner par des spécialistes. Je ne vais donc m’adresser ici qu’à ceux qui souffrent d’une légère dépression saisonnière qui s’envole dès les beaux jours revenus.

La plupart des conseils si dessus s’adressent au corps et vous aideront à traverser cette dépression du point de vue physique, du mieux possible.

Je vais m’adresser à la tête. Vous êtes capable de décider que l’automne et l’hiver sont de merveilleuses saisons et d’y trouver des bénéfices. Faites vous du bien : bain, « chouchoutage », testez de nouvelles recettes, invitez les copines et les copains (distanciation et à moins de 6 🙂 ), papotez, lisez, sortez en pleine nature avec les enfants, les petits enfants pour voir comme elle est belle en cette saison, apprenez des choses que vous remettez depuis longtemps, offrez aux autres vos savoirs-faire.

Ce ne sont que quelques exemples, inventez en d’autres ! Faites des deux saisons qui arrivent les plus magnifiques de l’année. Vivez 12 mois de l’année et non 6 !

La dépression saisonnière est essentiellement liée au manque de lumière.

Si vous vous sentez un peu down quand même il est temps de vous acheter une lampe de luminothérapie de 5000 à 10000lux, on en trouve des très abordables sur le net. Mais commencez par sortir tous les jours quand il fait jour, ce sera un bon début pour vous sentir mieux. Votre sérotonine : hormone du bonheur sera au max !

Prenez soin de vous et des autres !

Partager l'article: