Les bénéfices de la contre-productivité

Merci à Béatrice qui lit ma newletter hebdomadaire ! J’ai fait appel à mes abonnés pour m’aider à trouver des sujets d’intérêt pour eux afin de réussir mon challenge 30 articles sur un mois. Il en faut des idées pour y arriver et parfois j’ai besoin de vous !

Béatrice est une petite coquine puisqu’elle sait que mon objectif est de vous donner toujours plus de conseils pour vous organiser et être plus efficace pour gagner du temps afin de faire plus de choses que vous aimez. Donc elle m’a mise au défi de rédiger un article sur les bénéfices de la contre-productivité.

Je relève la plupart des challenges car je trouve ça drôle, mais là ça fait bien 15 jours que je patine 🙂

Le sujet n’est pas simple pour moi car je trouve tellement d’avantage à la productivité … Allons y, je vous emmène en pays de contre-productivité 🙂

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  5 façons pour augmenter votre efficacité

La contre-productivité, c’est quoi ?

D’après la définition du dictionnaire, oui je sais j’en suis là de ma méconnaissance du sujet… Je vous vois vous marrer 🙂

Définition : qui va à l’encontre des résultats escomptés, de l’effet attendu.

Premier bénéfice : la découverte

Ce qui me vient tout de suite à l’idée, c’est l’effet de surprise, la découverte de choses inattendues. Je vous donne un exemple, vous avez planifié votre route pour les vacances, la plus efficace, celle qui va le plus vite, manque de bol, un gros bouchon vous ralentit. Vous décidez de quitter l’autoroute pour des routes de campagne. Si vous êtes dans un bon état d’esprit. Pas celui tout grognon de : « je vais perdre du temps, gnagnagni », « je ne serai pas arrivé pour le diner, gnagnagna », vous allez découvrir des paysages que vous n’auriez jamais vu en restant sur votre autoroute, un restaurant génial que vous n’auriez jamais testé.

Lorsque tout est planifié, organisé, cela exclu souvent les belles découvertes qui sortent du cadre ! Alors restez ouvert à la découverte.

Deuxième bénéfice : le lâcher prise

Il n’est pas possible de tout contrôler, maîtriser et optimiser ses actions tout le temps. Je connais beaucoup de femmes (désolée messieurs mais je ne coache que des femmes) en suractivité quotidienne. Le choix qu’elles ont fait de s’organiser, d’être multi-casquettes, les enferme dans une suractivité débordante parfois proche du burn out féminin. J’avoue que parfois, je le frôle aussi. Une caractéristique commune à toutes : la quasi totalité des tâches faites chaque jour sont tournées vers l’extérieur : tâches pour le conjoint, tâches pour les enfants, tâches pour le travail, tâches pour la famille, tâches pour les amis,… Très peu de tâches sont tournées vers leurs besoins internes à elles !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Etre plus efficace dans ses apprentissages

Lâcher prise sur vos propres exigences internes : ma maison doit être propre, mes enfants doivent être propres et bien élevés, je dois être maquillée et bien habillée, performante au boulot… Apprendre à lâcher prise n’est pas simple quand vous êtes du genre contrôlant, mais c’est une véritable bouffée d’oxygène.

Au début vos vieux démons vont revenir mais plus vous vous exercerez et plus cela deviendra plus facile…

Deux livres géniaux sur le sujet, que je vous conseille de lire, en plus ils sont très drôle :

Trop productif est ce contre-productif ?

Ivan Illich a une théorie intéressante sur le sujet que je veux vous partager. L’hyper productivité individuelle amènerait de la contre-productivité collective. C’est ce que l’on appel le seuil de productivité négatif. Nous ne réussirons plus seul, apprenons a rester collectivement productif pour la réussite de tous et de chacun en mode gagnant-gagnant.

Le prolongement de ce concept a donné lieu d’ailleurs à l’écriture de la Loi d’Illich celle qui dit qu’à partir d’un certain nombre d’heures de productivité, celle ci diminue. Comme disent les ados, il est temps de « chiller », de se détendre sans but : lire un livre qui vous plaît, pas un livre qui vous apprend des choses, regarder la télé sans but, faire une sieste sur le canapé, rêver les yeux ouverts dans le silence du salon.

Cela m’arrive, mais finalement assez peu….

Et vous ? Connaissez vous d’autres bénéfices à la contre-productivité ? Eclairez ma lanterne 🙂

Dites le moi en commentaire !

Prenez soin de vous et des vôtres.
A bientôt

Magali

Partager l'article: