Le jeune intermittent pendant les fêtes

Le jeune vous connaissez, c’est le fait de s’abstenir de manger pendant une certaine période. Mais le jeune intermittent quesako?

Le jeune intermittent, c’est le fait de s’abstenir de manger durant une grande partie de la journée. Il existe le jeune intermittent 16/8 ou 23/1. Le premier nombre est le temps en heure sans alimentation et le deuxième chiffre le temps où vous pouvez vous alimenter.

Je vais vous parler aujourd’hui du jeune 16/8 qui est le plus simple à pratiquer.

Comment on fait?

Il y a deux façons de faire, soit vous supprimez le petit déjeuner et vous jeunez du soir 20h après le diner jusqu’au déjeuner suivant vers 12h (ou 21h-13h comme vous préférez), soit vous supprimez le diner et vous ne mangez pas de 14h à 6h. Il est possible de décaler tous les horaires, mais en conservant 16 ou 23h de jeune, si vous êtes en horaire décalé.

L’objectif est de tenir son niveau d’insuline au plus bas sur la durée la plus longue. De plus, le petit déjeuner étant le repas historiquement le plus sucré, donc celui apportant le plus de glucides (ça y est elle recommence!), si on s’en passe c’est donc tout bénéf pour sa journée…

Voila en gros pour le fonctionnement. Certains finissent par ne faire qu’un seul repas sur la journée. L’idée étant quand même de ne pas réduire trop ses calories à la journée pour ne pas faire descendre son métabolisme de base au risque que votre belle mécanique interne ne se grippe! Mais les jours de fêtes pas de risque je dirais! 🙂

J’ai testé plusieurs fois les jeunes intermittents 1 mois à chaque fois, mais cela ne fonctionne pas vraiment sur moi, mon corps ne le vit pas très bien et se venge sur les périodes de réalimentation. Je maitrise plutôt bien mes envies de sucré mais pas en jeune intermittent…

Alors pourquoi tu nous en parles, me direz vous?

  • Premièrement parce que mon rôle est de vous informer de ce qui existe. Le jeune intermittent fonctionne très bien chez certaines personnes qui ont obtenu des pertes de poids étonnantes. Chacun doit faire ses propres essais et trouver ce qui marche pour lui.
  • Deuxièmement parce que cela a un vrai impact les jours de fêtes, et on y est! J’use et j’abuse du jeune intermittent en ces jours de fêtes. On mange plus que de raison pendant les heures de déjeuner (ah la cuisine de ma belle mère espagnole, miam!) et hors heures de déjeuner (bonbons, gâteaux de mamie, chocolats, etc…).

Ce qui est le plus facile pour moi est de supprimer le petit-déjeuner, nous nous levons à des heures différentes et personne ne me demande pourquoi je ne mange pas. Durant le jeune intermittent vous avez droit à votre café, votre thé ou toute boisson non sucrée, beaucoup d’eau, même votre citron pressé au réveil, mais rien d’autre… Pour le reste du temps, vous me connaissez, pas de pain sauf un peu avec le fromage les jours de fêtes 🙂 peu de riz, pâtes et autres… Quelques bons chocolats pour le plaisir, mais que du très bon! Un peu de champagne…

Cela me permet de passer les fêtes dans le plaisir et sans contraindre ceux qui m’invitent sur des plats spécifiques, et de rester légère sur la balance.

Et puis vous connaissez maintenant mon mot d’ordre: pas de culpabilité, si vous prenez un ou deux kg, nous les perdrons avec de bonnes habitude dès le mois de janvier! 🙂

Petit message à ceux qui doivent prendre des médicaments en mangeant. Il est sans aucun doute plus essentiel de prendre ses médicaments s’ils vous ont été prescrits, donc pas de jeune intermittent dans ce cas. Vous pouvez remplacer vos petits déjeuners sucrés par des salés sans abuser sur le pain (je vous entends déjà ricaner 😉 .. oui oui on sait!).

En attendant, je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année, avec les gens que vous aimez!

Bises à tous.

Mon livre préféré :

C’est un lien affilé

Partager l'article: