La procrastination: c’est quoi le problème?

Dans une étude réalisée en 2018 sur 1002 personnes 58% avouent procrastiner régulièrement.

« Quand on remet les choses à plus tard, ce plus tard arrive toujours trop tôt  » Grégoire Lacroix

C’est quoi exactement la procrastination ?

Pro: en avant et Crastinus: lendemain

La procrastination, c’est la tendance à remettre au lendemain.

Pourquoi est-ce aussi impopulaire?

Ce terme est de toutes les conversations depuis quelques années.

Votre chef arrive pour faire le point sur le projet Delta: « tu en es où? » « Bein?…. » Ah je vois tu procrastines! ».

Votre maman veut savoir où vous en êtes de votre projet d’ouvrir un restaurant: « Ah je vois tu procrastines! ».

Votre fils de 15 ans doit réviser son examen, il n’a pas commencé et est sur sa console: « Mais arrête de procrastiner!!!!!!! Mets toi au travail!!!! Ohhhh tu ne feras donc rien de bien dans ta vie? ».

On a même presque fini par penser que la procrastination était une maladie honteuse… Non c’est juste une tendance plus ou mon importante à ne pas faire les actions lorsqu’on les a planifiées. Une tendance plus ou moins « envahissante » à rester immobile.

C’est aussi impopulaire car cela ne véhicule pas des valeurs positives qui entrent dans le cadre de la société. Ce mot est synonyme de paresse, manque de discipline, caractère faible.

Mais la procrastination, est ce toujours un problème?

Les effets positifs de la procrastination

Oui oui procrastiner est parfois nécessaire… Ceux qui se sentaient coupables jusque-là, respirent…

Procrastiner est le moyen inconscient qu’à votre cerveau de dire: « je ne veux pas aller par là, ce n’est pas mon chemin, ce n’est pas ma voie« .

Combien d’enfants procrastinent lorsque leurs parents souhaitent qu’ils aient un bon travail, comme papa maman, mais qu’ils n’ont pas choisi?

Procrastiner c’est aussi parfois prendre son temps, car ce n’est pas le moment de le faire, vous n’êtes pas avec les bonnes personnes, ce n’est pas la bonne conjoncture. Cela permet de maturer son idée, de prendre le temps de la réflexion.

Et là, il n’y a pas de débat, procrastinons mes amis!!!

Quand cela devient un problème…

Cela devient un problème lorsque cela vous empêche d’avancer, de progresser dans ce que vous souhaitez vraiment mettre en place dans votre vie, vous empêche d’atteindre vos rêves...

On se cherche des excuses, des justifications. On se sent coupable de reporter et ne rien faire.

Parce que vous n’avez pas confiance en vos capacités

Vous pensez que vous n’y arriverez pas, que vous n’êtes pas assez intelligent, pas assez formé, pas assez riche, pas assez beau, pas assez… assez! La confiance en soi est le pilier d’une vie réussie. Il est essentiel de travailler ce point pour renforcer votre confiance en vous. D’autres ont réussi avant vous, vous êtes en capacité de réussir aussi !

Parce que vous avez peur

Une étude réalisée en 2018 sur 264 personnes a montré le lien entre la procrastination et l’amygdale du cerveau, notamment son lien avec le sentiment de peur.

La peur immobilise!

Vous avez peur de l’échec, de ce que pourra dire votre famille, vos amis, vos collègues si vous ne réussissez pas. Donc pour éviter cela, vous ne faites…. RIEN!

Vous avez peur du succès, vous venez d’une modeste famille, vous n’êtes personne, pourquoi réussiriez vous là où d’autres ont échoué… ET SI VOUS REUSSISSIEZ? Oh là là, cela voudrait dire rêver encore plus grand, mais rêver plus grand cela fait PEUR…

Vous avez peur des autres et réussir vos actions se fera peut être avec l’aide de personnes extérieures…

Vous avez peur d’être seul et réussir c’est souvent se trouver isolé et avoir un vie différente, saurez vous accepter que certains proches vous quittent car vos affinités deviennent différentes?

Vous avez peur de votre âge, trop jeune et sans doute peu crédible, trop vieux, il est surement déjà trop tard pour réussir?

N’ayez plus peur, le meilleur moment c’est juste maintenant!

Parce que votre cerveau est programmé pour rechercher les gratifications immédiates

Vos objectifs nécessiteront sans doute de la patience. Réaliser un marathon, si vous ne faites jamais de sport ne se fera pas dans la semaine. Il faudra de la patience, de l’auto-discipline, de la constance et du courage. Cependant, votre cerveau est PROGRAMME pour vouloir des résultats tout de suite. Si vous avez une fille de 9 ans comme la mienne vous connaissez bien cela, encore plus si vous avez un bébé. Nous sommes très connectés à nos besoins primaires, tout de suite et maintenant! Vous entamez un régime? Cette petite pizza dont l’odeur embaume la maison est une gratification immédiate, mais contrarie vos objectifs à long terme…  Il vous faudra rester focus sur vos objectifs.

Une soirée de révision versus la dernière série à la mode sur Netflix? Je ne vous fais pas de dessin sur vers quoi ira votre cerveau, et vous? Vers quoi irez vous?

Parce que vous êtes envahi par le stress

Vous voulez toujours faire bien… Que dis-je? Faire parfaitement! C’est votre façon de fonctionner.

Petite minute du Coach: Connaissez vous les Drivers? Ce sont des façons de fonctionner que nous avons développés sous l’influence de notre éducation parentale et que nous avons renforcés parce qu’ils répondaient à un besoin personnel. Je vous en parlerai plus tard dans un article, mais aujourd’hui nous allons voir le Drivers « soit parfait » que j’appelle pour mes coachés: Monsieur ou Madame Parfait(e). Gardez en tête que les drivers ne sont pas mauvais, 80% du temps, ils structurent votre vie positivement, répondent à vos besoins et participent à construire ce que vous êtes et 20% du temps ils foutent le bazar! Parfois un gros bazar…

Revenons à notre stress…

Madame Parfaite (et oui messieurs, sans vouloir manquer de respect à la gente masculine, dans mon cabinet, je ne vois que des madames parfaites! les hommes portent d’autres drivers notamment le drivers « soit fort ») lorsqu’elle doit faire quelque chose, souhaite, veut, EXIGE que tout soit parfait pour le faire (moment, contexte,…), que tout soit parfait dans ce qu’elle fait (elle ne finira son action que si l’action est parfaite), et que tout le monde autour d’elle et qui compte pour elle, pense que c’est parfait. Sinon,…. elle ne fera RIEN de peur que ce ne soit pas… PARFAIT!

C’est un stress maximum qui entoure notre action, qui n’aura que très peu de chance de se faire. Vous vous reconnaissez?

Comment ne plus procrastiner?

Il est ok de repousser une action une fois, mais pas deux, sinon c’est la procrastination qui s’installe…

Travailler sur votre confiance en vous

Beaucoup de gens à travers le monde réussissent leurs objectifs, les dépassent même… Pourquoi, vous n’y arriveriez pas? Il n’y a pas de raisons objectives à votre échec. Et puis mince alors, si vous échouez, vous recommencerez, différemment, avec cette nouvelle expérience pour ne pas reproduire les même erreurs, et vous finirez par réussir!

Clarifiez vos objectifs

Cette partie nous l’avons déjà bien travaillé dans l’article Préparons l’année prochaine: ne plus jamais abandonner ses objectifs. Reprenez cet article par le début et travaillez à définir vos objectifs de l’année. Connaitre ses objectifs est le meilleur moyen de toujours les avoir en tête. Une de mes coachées a eu une belle phrase à ce sujet: « Si tu ne connais pas tes objectifs tu laisses passer les comètes ! » Marie si tu me lis merci pour cette phrase parfaite ! Je vous explique : lorsque vous connaissez parfaitement vos objectifs, lorsqu’une opportunité arrive, vous êtes en mesure de la saisir. Si vous ne connaissez pas vos objectifs vous aller laisser passer la comète!

Je vous donne un exemple. Je travaille en formation avec une grande entreprise française avec laquelle je fais des formations de manageurs bienveillants. Lors de mon échange avec la responsable sécurité, elle me propose d’animer des ateliers sur la bienveillance lors de leur journée de la santé/sécurité. Oui! Oui! Oui! Je connais mes objectifs, vers quoi je veux aller pour développer ce sujet. Au moment où elle me questionne, je ne réfléchis pas, je dis Oui, Oui! Si j’avais écouté ma peur, ma raison,… J’aurais sans doute dit non. J’ai répondu avant que mon cerveau ne cherche des excuses, des justifications. Je lui ai en quelque sorte coupé l’herbe sous le pied! Il sera temps ensuite de voir comment je prépare cela et quelles actions sont à mettre en oeuvre. Je suis en quelque sorte bloquée par ma décision. J’adore faire cela ! C’est comme si j’avais gagné sur mon cerveau. C’est aussi parce que je me connais bien et que je sais que la notion d’engagement est pour moi une valeur suprême qui guide ma vie et mes choix.

Découpez vos tâches en plus petites tâches

Vous connaissez l’expression : un éléphant cela se mange petit bout par petit bout! Et bien c’est la même chose pour votre objectif, il doit être découpé en petites tâches atteignables. L’objectif semblera moins écrasant, moins immobilisant. Revenons à notre exemple de marathon. Si vous souhaitez faire un marathon d’ici cette été, vous n’allez pas courir dès demain 40km, non, vous aller commencer par programmer votre progression, peut être même commencer par prendre des conseils auprès de coach sportifs, faire une première sortie de 30mn, changer votre alimentation,… Chaque étape sera plus facile à réaliser et progressive. N’hésitez pas à vous féliciter de chaque étape, de les fêter même! Partagez votre progression avec votre famille, avec vos amis, sur les réseaux sociaux,…

Passez moins de temps à réfléchir qu’à faire

Je rencontre souvent des personnes qui ont très très bien réfléchi la progression, ont tout planifié dans leur tête, mais qui ne passent pas à l’action. La bonne répartition est un bon 10/90 voir un 20/80 au maximum. Qu’est ce que j’entends par là? 10% du temps à réfléchir et 90% à passer à l’action et non l’inverse ! A un moment il est urgent de ne plus réfléchir.

Just start it !

Quoi ? Quesako ? « Solving the procrastination puzzle » est un livre, certes en anglais, de Timothy A. Pychyl. Timothy préconise, lorsque l’on procrastine de commencer l’action 10mn seulement. Juste la commencer !

Vous avez prévu de faire du sport 4 fois par semaine? Vous vous y êtes tenu la première semaine, bravo, la deuxième semaine vous l’avez fait deux fois puis le troisième jour vous n’aviez pas très envie de le faire, pas grave me direz vous, mais le quatrième jour cela s’est reproduit, vous n’avez pas plus envie qu’hier… La solution? Just start it! Allez y 10mn, votre cerveau et votre corps sera d’accord de n’en faire que 10mn et la magie de cette pratique c’est qu’au bout de 10 mn vous aurez sans doute envie de continuer 🙂 Idem pour le rangement des papiers. Franchement, c’est la tâche que je déteste le plus et que je procrastine le plus jusqu’à ce que ma tour de Pise de papiers s’écroule au pied de mon bureau, et que je m’oblige à la ranger. 10 mn et hop… souvent une fois lancée, je continue jusqu’à avoir fini… Testez ! Cela fonctionne très très bien !

Réalisez le plus compliqué ou pénible en premier

Comment vous connaissez vous? Etes vous du matin? Etes vous de l’après midi? Etes vous meilleurs en soirée? Quand êtes vous le plus efficace? Et bien, lorsque vous êtes le plus efficace, commencez par cette action qui vous semble insurmontable, sans trop réfléchir. Vous serez « soulagé » une fois faite et assez fier de vous. D’ailleurs le soir, lorsque vous ferez le bilan de votre journée, elle apparaitra dans votre liste des choses faites dans la journée. Vous ressentirez une certaines fierté à l’avoir faite. Prenez le temps de prendre conscience que cette étape est maintenant derrière vous, que vous avancez vers votre objectif suprême.

Fixez vous des délais rapprochés

Vous avez l’objectifs de gagner 12 000 euros cette année avec votre blog, fixez vous 1 000 euros par mois. Quelles sont les actions nécessaires ce mois-ci pour gagner ces 1 000 euros ? Concentrez vous sur les actions, vous sentez que cela vous met une certaine pression ? Il est impossible de procrastiner sous cette pression. Il y a une certaines excitation dans l’air. C’est comme un challenge.

Musclez votre « muscle des actions »

Réaliser des actions c’est comme un muscle qui se travaille. Au début vous aurez peut être du mal à réaliser une action puis avec le temps, vous en ferez deux, trois, puis tout deviendra plus facile. Un peu comme le vélo, une fois lancé, il n’est plus nécessaire de mettre la même énergie pour pédaler. Parfois vous tomberez, alors remontez rapidement en selle et repartez ! Plus on s’immobilise et plus c’est difficile de se remettre en route.

Trouvez une valeur, un sens à votre action

A quoi sert votre actions ? pourquoi vous la faite ? Quel est le sens à tout cela ? Vous me direz que pour les actions « fortes » il est assez simple de trouver le sens ? Mais pour les routines, le ménage et le rangement… C’est déjà moins facile. Pourquoi souhaitez vous ranger votre maison ? Pour moi il y a plusieurs raisons : pour recevoir facilement, pour trouver rapidement ce que je cherche, pour que ma famille s’y trouve bien. Donc je fais ces actions plus facilement car elles sont connectées à un sens fort chez moi.

Vous ne trouvez pas ? Cherchez mieux ! Si vous vous imposez de faire une action, c’est bien qu’elle a un sens pour vous. Si non, ne la faite pas ! Si oui renforcez en le sens pour vous mettre en action.

Développez le contrôle de vous même

Qui commande ? Votre cerveau ? Parfois ! Votre corps ? Parfois ! Non VOUS ! L’auto-discipline cela se travaille. Vous souhaitez des choses pour vous, pour votre avenir, pour votre évolution. Contrôlez vous, vos émotions, votre cerveau et boostez votre capacité à passer à l’action. Comme je vous l’ai dit, parfois je me mets en pilote automatique, je n’écoute ni mon cerveau, ni mon corps, ni mes émotions, je fais, c’est tout. Et plus on travaille cela et plus on est en capacité de prendre la main sur ses petites voies internes qui veulent vous détourner de vos objectifs. C’est comme si votre corps hébergeait plusieurs personnes. Vous entendez comme des parties qui s’affrontent: « je devrais faire cela »,  » mais j’en ai pas envie », et bla, bla, bla. Autant je suis plutôt pour la négociation des parties, pour que tout le monde y trouve son compte, autant c’est qui le patron ? 🙂 C’est moi! Donc, si je décide de faire cette action, aller, on y va tous ! C’est vous le leader ! 🙂

Comme tout le reste, l’auto-discipline est un muscle qui se travaille. Il sera faible si vous ne l’activez que très peu !

J’ai bien tout lu mais je procrastine quand même…

Vous avez tout lu, tout appliqué et pourtant vous procrastinez encore… Allons un peu plus dans le dur.

Mâchouillez vos pourquoi

Vous connaissez vos pourquoi, c’est un fait, puisque vous avez suivi cet article Préparons l’année prochaine: les 5 pourquoi. Vous avez besoin de les mâchouiller, de les digérer, de faire de ces pourquoi un morceau de vos cellules, de votre ADN. Vous n’êtes pas encore assez infusé de vos pourquoi. Ces pourquoi doivent vous guider, ne plus jamais quitter votre tête, vivre avec vous comme votre ombre. Si vous respirez pourquoi, vous ne procrastinerez pas, faites moi confiance. Si vous procrastinez encore c’est que vos pourquoi ne sont pas assez forts.

Quelles sont les conséquences douloureuses à ne pas faire cette action?

Nous avons beaucoup vu les choses positives à faire vos actions, mais quelles seraient les conséquences désagréables à ne pas faire ? Vous êtes vous posé la question ? Ceux-là aussi mâchouillez les, même si cela doit vous rendre triste, dégoûté par vos comportements. Rendez les forts eux aussi !

La minute du Coach: Une grande partie de la population a un mode de fonctionnement « s’éloigner de », c’est à dire qu’elle a tendance à s’éloigner plutôt que de courir vers un objectif. Si c’est votre cas, « s’éloigner de » est un moyen efficace de faire ses tâches sans procrastination.

Il y a  20 ans mon père s’est fait opérer du coeur. Son cardiologue nous a expliqué le fonctionnement du coeur et la couche de graisse entourant celui de mon père, ne permettant pas son fonctionnement efficace. Cela a créé chez moi un profond dégoût et une véritable envie de ne pas avoir cette graisse autour de mon coeur. J’ai perdu 10 kg en un mois sans jamais les reprendre. 10kg en un mois est bien entendu beaucoup trop, mais la perte était à la hauteur de mon dégoût et de mon envie de changement.

Si « s’éloigner de » est un vrai moteur, ALLEZ Y !

Fixez vous des récompenses

Nous l’avons vu plus haut, le cerveau fonctionne à la gratification immédiate donc utilisez cette fonction. Faites vous des petits plaisirs ! Fixez vous des challenges: si j’y arrive, je m’offrirai une journée en spa… Soyez inventif et faites vous régulièrement PLAISIR !

Incluez les autres dans vos projets

Faites en partie pour les autres, faites les intervenir dans vos projets, communiquez sur les prochaines étapes. Ils sauront vous demander régulièrement où vous en êtes et cela mettra du gasoil dans votre moteur. L’homme est un animal sociable et donc en tant que tel il a besoin de la reconnaissance et du soutien de ses pairs.

Déléguez

Vous procrastinez toujours ? Peut être que la tâche peut être déléguée à quelqu’un d’autre ? Comment cela déléguée ? Bien oui, êtes vous vraiment obligé de réaliser vous même cette tâche? Non, alors déléguez là et passez à la tâche suivante ! C’est simple, non ?

Attention, déléguer c’est contrôler, donc on délègue mais on vérifie quand même que l’action a bien été faite et dans les temps impartis.

Vous n’aimez pas faire votre comptabilité ? Déléguez à quelqu’un qui fera cela mieux, plus vite et avec l’expertise nécessaire…

 

N’hésitez pas à m’écrire en commentaire vos solutions pour éviter de procrastiner et de partager cet article sur vos réseaux sociaux, s’il vous a aidé à régler votre problème !

 

Partager l'article:

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.